ConnexionConnexion

POSTE

C’est en présence de Nicolas Sansu, député, Béatrice Damade, conseillère départementale et Thierry Simoni , adjoint au maire de Méreau qu’a eu lieu la réunion publique concernant La Poste de Vignoux sur Barangeon. Une cinquantaine de personnes s’était déplacés pour écouter, intervenir ou poser des questions.

Vous trouverez ci-dessous un compte rendu le plus fidèle possible de cette réunion publique. Celle-ci a été enregistré, et ce compte-rendu a été rédigé en reproduisant ce a été dit, simplement en re-écrivant les propos pour les rendre plus "litéraire" ou pour supprimer "le bruit de fond".

 


Le maire de Vignoux, Philippe Bulteau, a fait l’introduction de cette réunion pour signaler le fonctionnement erratique de l’actuel bureau de poste, entre autre en raison de l’absence du personnel, avec des horaires pas toujours respectés malgré les informations d’ouverture/ fermeture provenant des responsables de Mehun ou Saint Doulchard.

Philipe Bulteau a en préambule cité le contrat de présence postal signé entre La Poste et l’Association des Maires de France (AMF), qui stipule par exemple qu’il ne peut être autorisé que plus de 10 % de la population du département se trouve éloigné de plus de 5 kms et de de plus de 20 minutes de trajet d’automobile d’un point postal. Ce qui semble indiquer que ce contrat prévoit déjà des concentrations / fermetures de bureau de poste.
De plus, La Poste, pour remplir sa mission d’aménagement du territoire, peut adapter son réseau de points de contact, notamment par la conclusion de partenariat locaux public ou privé, en recherchant la meilleure spécificité économique et sociale.

Pour ce qui est de Vignoux, Philippe Bulteau a rappelé que ces questions ont été débattues en réunion du conseil municipal ou en réunion de travail, recevant à plusieurs reprises des représentants de La Poste, notamment lors du Conseil municipal du 13 septembre 2016, afin que tout le conseil soit informé des intentions de La Poste.
Il est clair que ces intentions sont de pousser les différentes communes à prendre le relais et l’organisation du service postal.

Pour Vignoux, la municipalité a étudié la possibilité de créer une agence postale communale afin d’avoir des horaires d’ouvertures constants et une amélioration des services. Pour créer un telle agence, les conditions demandées par La Poste sont assez simples : Disposer d’un local avec une surface non imposée, accessible au public, employer un salarié avec un minimum de 12h30 par semaine, salarié qui recevra une formation spécifique prise en charge par La Poste, La Poste fournissant tout le matériel postal nécessaire. La signature d’un tel contrat, valable pour une durée de 9 ans renouvelable 1 fois tacitement, entraîne une aide financière mensuelle qui est en 2017 de 1132€ par mois, du fait que Vignoux sur Barangeon est en Zone de Revitalisation Rurale (ZRR).
L’étude réalisée par la municipalité montre que pour un salarié, dont le coût mensuel est d’environ 1700€ pour 30h par semaine, serait réduit à 568€ en prenant en compte l’aide financière de La Poste.
Si le conseil municipal décide de cette option qui nécessitera une délibération lors d’une réunion du conseil, La Poste aura 4 mois pour installer le matériel et commencer la formation de l’employé. Une subvention d’environ 10000€ peut être accordée si des travaux sont nécessaire dans le local recevant l’agence postale. Depuis le 1er janvier, la procédure a changé et c’est c’est une Commission Postale Territorial qui décide du montant en fonction des surfaces allouées à l’agence postale, commission qui se réunira le 10 mars puis au mois de juin.

Philippe Bulteau a signalé que le Cher compte à ce jour 154 points contact de La Poste dont 87 en agence postale communale, en particulier Méreau.

L’étude mené par la municipalité concernant la mise en place d’une agence postale à Vignoux a pris en compte plusieurs facteurs, entre autre l’obligation des communes à aménager les bâtiments communaux en regard de l’accessibilité aux handicapés et à la sécurité dans les 5 années à venir. Ainsi, l’aménagement de la mairie coûterait 30000€ et celui du bâtiment accueillant actuellement La Poste (qui est un bâtiment communal) coûterait 35000€. Une solution consisterait à insérer l’agence postale dans la mairie, et il y aurait ainsi dans le même bâtiment à la fois l’accueil de la mairie ainsi que l’accueil de l’agence postale, accueil tenu par une nouvelle personne qui serait principalement embauché pour l’activité postale, personne ayant eu une formation dispensée par La Poste. En supposant que cette option soit retenu, cela entraînerait une économie pour la commune de Vignoux de 35000€ puisque les travaux d’aménagement de l’actuel local de La Poste ne sarit plus à faire.

Philippe Bulteau a ensuite décrit les prestations proposées par une agence postale :
Courrier / Colis : Enveloppes pré postées / emballage pour les colis, envoi en france et à l’international, envoi de document, petits objets, marchandise ou colis, y compris recommandés et chronopost, lettre et colis en instance, y compris recommandées, dépôt des procurations, contrat de réexpédition du courrier et de garde du courrier, abonnement mobilité, prét à poster et de réexpédition.
Services financiers de dépannage : Par rapport aux services actuels de La Poste, ces prestations sont un peu plus limité : Retrait espèce CCP et compte épargne dans la limite de 350€ par titulaire par semaine et par compte, Versement espèce CCP et compte épargne dans la limite de 350€ par titulaire et par semaine et dépôt de chèque CCP et compte épargne et transmission au centre financiers de mandat cash et demande émission paiement dans la limite de 350€ par opération.
Il y aurait également une tablette numérique pour les services administratifs ainsi qu’un scanner/ imprimante, et tout le matériel pour envoi par internet y compris pour les services administratifs autre que La Poste.

Philippe Bulteau a également rappelé que concernant La Poste, et malgré de multiple courriers et appels aux directions, il n’a jamais été prévu de revenir au service que l’on avait auparavant lorsque La Poste était ouverte régulièrement.

Philippe Bulteau a ensuite laissé la parole à Thierry Simoni, adjoint au maire de Méreau, commune possédant une agence postale communale. Thierry Simoni a précisé que l’agence postale a été créée il y a 5 ans, et qeu celle-ci est ouverte tout les jours de 13h30à 15h ainsi que le samedi matin de 10h30 à 12h. C’est une employée communale qui s’occupe de cette agence postale, employée qui s’occupe également des scolaires (ATSEM). Une autre employée communale a été formée et peut ainsi la remplacer en cas de maladie ou de congés. L’agence postale est fermée au mois d’ Août. Thierry Simoni a également précisé que les habitants sont très contents. L’agence postale est surtout utile aux habitants du bourg, car ceux de Méreau Nord, qui jouxte Vierzon, vont plutôt du côté de Vierzon.

Le public a demandé à Thierry Simoni quelle été la motivation pour Méreau d’avoir une agence postale communale. Il a répondu qu’il n’y avait rien auparavant, que La Poste de Lury n’exitait plus et qu’il fallait trouver une solution. A noter qu’il existait une poste à Méreau (une personne du public y avait travaillé pendant 20 ans). Le public a malgré constaté que la situation de Méreau n’était pas comparable à celle de Vignoux. Philippe Bulteau a indiqué que les horaires d’ouverture étaient comparables, et que ce qui comptait pour les personnes était les heures d’ouverture réelles et pas celles théoriques.
A une remarque du public qui demandait s’il était possible de convaincre La Poste d’avoir des horaires réguliers, Philippe Bulteau a ré-afirmé qu’il n’y avait aucune possibilité.

Philippe Bulteau a ensuite laissé la parole à Nicolas Sansu.
Nicolas Sansu a précisé que ce sujet était un sujet National, et qu’il avait posé une question au gouvernement concernant ce sujet. Il a rappelé que qu’il y avait des bureaux de poste qui fermaient ou qui sont promis à fermeture à Paris intra-muros, et que des personnes se mobilisent pour empêcher leur fermeture. Que c’était également le cas à Bourges (rue Jean Baffier), à Asnière et à La Chapelle Saint Ursin et que c’était donc quelque chose qui traverse toutes les communes, qu’elle soient petites ou grandes, urbaines, peri-urbaines ou rurales. Et que c’était donc un choix délibéré de La Poste de restreindre son réseau ou en tout cas de l’externaliser par le biais d’agence postale communale, voire par le biais de relais poste, c’est à dire chez le commerçant du coin avec des services très restreints.
Nicolas Sansu a précisé que La Poste était une grosse machine : 23 milliards d’€ de chiffre d’affaire en 2016, avec 4 % d’augmentation de son chiffre d’affaire en 1 an et 680 millions d€ de bénéfices net en 2016 . La Poste n’est pas un établissement qui est en difficulté financière. Certes, des évolutions sont intervenues : moins de courriers distribués et envoyés, en particulier à cause d’internet, mais qu’il y a beaucoup beaucoup de colis, en particulier avec la montée en puissance du commerce en ligne. Et surtout qu’il y avait tout le réseau bancaire.
La poste a reçu en 2016 350 millions d’€ via le CICE (Crédit d’Impots Compétitivité Emploi), c’est à dire via nos impôts, alors que c’est un établissement public à 100 % (capital : État et Saisse de dépôt qui est détenue à 100 % par l’État).
Nicolas Sansu pense qu’une commune comme Vignoux (24ème commune du cher sur 290) qui a une poste qui existe depuis longtemps doit garder un bureau de poste de plein exercice. Il a précisé que cela ne sera pas facile, qu’il comprenait la volonté des élus de vouloir répondre aux besoins des habitants et donc de se substituer à La Poste, mais que c’était une question de solidarité nationale, et qu’en cette période de baisses de dotations considérables envers les collectivité locales, qu’il était dommage qu’il y ait encore un transfert du service public national vers le service public local.
Ce sujet dépasse Vignoux, et pose un problème d’égalité : Certaines communes aront les moyens d’avoir un service postal, et d’autres non.

Sophie Corneille (conseillère municipale Vignoux) est alors intervenu en précisant que les dirigeants de La Poste ont signalé lors de toutes les réunions qu’ils n’avaient pas assez de personnels et qu’ils privilégiaient Bourges avant Vignoux, que la municipalité de Vignoux s’est battue, que tous les jours il y avait des habitants qui veulent aller à La Poste et qui trouve porte fermée, et qu’ils ne peuvent pas apporter leur colis ou en récupérer, et que la municipalité essaie de proposer aux habitants un service aux horaires élargis (30h par semaine) et fixes.

Nicolas Sansu est bien d’accord avec cette remarque, mais estime qu’il est dommage que l’on arrive pas à imposer le fait d’avoir un bureau de poste qui ouvre et qu’il souhaitait faire une dernière démarche en appuyant le conseil municipal de Vignoux, et de revoir les dirigeants de La Poste pour obtenir une ouverture digne de ce nom.

Philippe Bulteau a précisé que des réunions en tête à tête avec les représentants de La Poste ont déjà eu lieu depuis fin 2014 début 2015, et qu’il pensait qu’il avaient perdu un an et que l’occasion qui se présente actuellement de profiter des aménagements obligatoires permettrait d’éviter de faire des grosses dépenses si on arrive à mutualiser ces services. Philippe Bulteau considère que Nicolas Sansu est un battant politique mais qu’il estime que c’est faire un combat d’arrière garde en gardant une poste fermée qui n’aurait pas beaucoup d’utilité, et que le rôle de la municipalité est de faire en sorte de conserver des services aux administrées et se doit d’essayer une meilleure solution.
Après un court échange avec le public, Philippe Bulteau a précisé que le rôle du conseil municipal
qui se retrouve contraint et forcé est de trouver une solution qui soit pratique pour les administrés, même si cela coûtera un peu d’argent mais cela permettrait de maintenir un service. Philippe Bulteau est d’accord sur le fait qu’il y a un chantage, une pression très forte de La Poste pour donner la gestion postale aux communes et que tout le monde en est conscient.

Corinne Torchy (1ère adjointe) a fait remarqué qu’il ne fallait pas oublier que les représentants de La Poste disait à chaque réunion que si la commune ne se lancer pas dans une agence postale, ils allait chercher sur Vignoux un commerçant pour le faire.

Philippe Bulteau a laissé la parole à Béatrice Damade, conseillère départementale.
Beatrice Damade comprends tout à fait l’attachement des habitants à La Poste et qu’il en était de même dans toute les communes rurales. Elle rejoint Nicolas Sansu et propose également de faire une dernière démarche tous ensemble. Elle reconnaît cependant que la municipalité de Vignoux est très courageuse car beaucoup de municipalité n’ont pas pris le problème à bras le corps comme l’a fait Vignoux. Il faut savoir qu’il y a des communes qui n’ont pas les moyens et ou qui n’ont pas la volonté de le faire, comme cette autre commune pas très loin d’ici (que Beatrice Damade n’a pas cité) qui a préféré remettre cette activité à un commerçant, donc avec un service très réduit. Sans compter sur l’aspect sécuritaire avec de l’argent liquide chez un commerçant et l’aspect confidentialité. Pour les administrés, mettre ce service à la mairie sera un service de meilleure qualité. Même si le mieux reste un service postal géré par La Poste, la solution de repli sur une agence postale comme le propose Vignoux est quelque chose de très important.

La parole a été ensuite donné au public : Une personne précise qu’il y a aussi le contexte des salariés, et demande si par exemple l’ATSEM de Méreau était volontaire. Thierry Simoni a précisé que les personnes en charge de l’agence postale était bien volontaires pour faire ce travail.

Une autre personne du public a également signalé le fait que l’agence postale de Méreau était fermé un mois (le mois d’Août) et que c’était embêtant de ne pas pouvoir faire d’opérations pendant un mois. Philippe Bulteau a répondu que La Poste actuel de Vignoux était fermée quinze jours par mois, soit beaucoup plus qu’un mois.

Une personne du public voulait savoir combien coûtait l’agence postale de Méreau (salaires, mais aussi locaux, l’assurance etc.). Thierry Simoni n’avait pas la réponse à cette question, mais Philippe Bulteau a précisé que de toute façon le bâtiment appartenait déjà à la mairie et qu’il n’y aurait pas de charge supplémentaire, les locaux étant déjà chauffé et assuré. Il a aussi rappelé que La Poste subventionnerait la commune à hauteur de 1132€ par mois (en 2017 pour une ZRR comme à Vignoux) avec un contrat de 9 ans et que pour un salaire de 30h la commune n’aurait à rajouter qu’un supplément de 538€.

Une personne du public fait remarquer qu’il faudra agrandir l’accueil de la mairie et que ceci aura un coût. Philippe Bulteau a répondu qu’il y aura de toute façon des travaux d’aménagement obligatoire à faire, travaux qui seront prévus au budget 2017, pour améliorer l’accueil des personnes à la mairie, améliorer les espaces de travail des secrétaires, et adaptater les locaux aux handicapés, et rajouter l’accueil pour une agence postale permettrait une économie non négligeable, notamment en économisant au minimum 35000€ pour la réhabilitation du bâtiment de La Poste actuelle qui n’est plus du tout aux normes.

Philippe Bulteau en a profité pour rappeler les jours complets de fermeture de La Poste (alors qu’elle est censée être ouverte tous les jours).
Concernant l’action commune proposée par Nicolas Sansui et Béatrice Damade, Philippe Bulteau a précisé qu’il n’avait rien contre, même s’il n’y croyait pas. Il va donc voir avec le conseil municipal les opérations à mener et les contacter pour cette action commune.

Laurent Girard (conseiller municipal) a précisé que cette action commune était une opportunité et qu’il ne fallait pas perdre trop de temps, et que si malheureusement cette action n’aboutissait pas que ce serait encore des désagrément pour la commune. Nicola Sansu a précisé qu’il y avait eu des résultats dans d’autres commune (La Chapelle, Bourges, Vierzon Forges, etc.) et que La Poste avait tout arrêté, et que ce n’est donc pas inéluctable. Philippe Bulteau a dit qu’il fallait agir très rapidement pour en tirer les conclusions, pour ne pas engager des frais inutiles sur les travaux obligatoires à réaliser sur 2017/ 2018. Nicolas Sansu a proposé qu’une lettre commune soit envoyé à la direction de La Poste, tout en précisant que ce sera le conseil municipal qui aura le dernier mot.

Une personne du public a demandé s’il était possible de faire les travaux à la mairie, mais en gardant du personnel de La Poste à la mairie. Philippe Bulteau a répondu que ce n’était pas un problème de local mais de personnel. Que la personne soit dans le local de La Poste actuelle ou à la mairie ne change rien si elle n’était pas présente.

Une autre personne du public a demandé à qui appartenait le local de La Poste actuel. Philippe Bulteau a précisé que le local actuel appartient à la mairie, et que si La Poste restait telle qu’elle il y aurait de toute façon l’obligation de réaliser des travaux en terme de sécurité et d’accessibilité.

Mr Britelle (habitant de Vignoux) est alors intervenu pour un petit rappel historique de La Poste. Il a précisé que le département du cher a été le dernier département de France à avoir une agence postale. C’est le facteur qui distribuait le courrier le matin en faisant sa tournée et qui ensuite ouvrait l’agence postale l’après-midi.

Une personne du public a fait remarqué qu’à Neuvy il y avait un système différent multi-services. Philippe Bulteau a répondu qu’il n’y avait aucune contre indication à proposer d’autres services combinés avec l’agence postale dans ce que proposait La Poste. Il n’y a aucune restriction, que ce soit une mairie, un office de tourisme, un service social ou administratif. Il est tout à fait possible de mutualiser plusieurs services.

Une personne du public à fait remarqué qu’il existait à Vignoux une zone industrielle qui ne demande qu’à grossir, et a posé une question sur le risque de rebuter certains investisseur qui voudrait s’installer dans cette zone industrielle si le bureau de poste disparaissait. Philippe Bulteau a répondu qu’ayant eu des contacts avec certaines entreprises de Vignoux que celles sont surtout très intéressés par l’arrivée de la fibre optique qui va leur servir pour avoir à l’avenir un internet de performance et qu’il pensait que la plupart des entreprises qui sont dans les campagnes ont déjà plus ou moins intégré les problèmes postaux.

Une personne du public, qui possède actuellement une entreprise sur Mehun et qui va dans l’année l’installer Allouis, a signalé que ce qui compte pour une entreprise au niveau de la poste était l’envoi et réception des colis, et qu’un salarié d’une entreprise doit réduire le temps d’attente. Elle s’inquite donc sur le temps d’attente dans une agence postale sachant que la personne va s’occuper en même temps de l’accueil de la mairie. Philippe Bulteau l’a rassurée en précisant que le rôle principal de la personne supplémentaire qui serait engagé sera l’accueil postal, et qu’elle ne viendrait qu’en complément au service de secrétariat de la mairie et de l’accueil des personnes pour la mairie. Ce serait de toute façon plus efficace qu’aujourd’hui puisqu’il faut attendre 2 jours pour que La Poste ouvre.

Le public n’ayant plus de question, Philippe Bulteau a clôturé la réunion. Il a remercié Nicolas Sansu, Béatrice Damade et Thierry Simoni de s’être déplacés, ainsi que le public, a qui il a promis de rendre compte des démarches qui seront entreprises et du résultat de ces démarches.

Fin de la réunion


 

Toute personne qui souhaite avoir la version enregistré peut en faire la demande.

 

 

tipi x100

180x150 payer generique

CCVF

Aller au haut