Imprimer

jean graczyc x150De parents polonais, Jean Graczyc est né à Neuvy-sur-Barangeon le 26 mai 1933. Il fût naturalisé Français le 23 juin 1949. Ce fût l'un des plus grands sprinters français de tous les temps, sur le devant de la scène cycliste durant près de 20 ans, entre 1954,

29 juin 1959 - Jean Graczyc à Rennes après sa victoireEn 1954, il devient champion d'Ile-de-France de poursuite, mais c'est surtout en 1956 qu'il s'illustre en remportant deux titres de champion de France et une médaille d'argent olympique au J.O de Melbourne (Cyclisme sur piste - poursuite par équipe 4000 m)

Surnommé "Popof" en raison de ses origines polonaises, il a devenu 2 fois meilleurs sprinter du Tour de France, en 1958 puis en 1960, Tour de France dont il a remporté 5 étapes. Il totalise en tout 65 victoires durant sa carrière professionnelle

Il s'est éteint le 27 juin 2004 à Vignoux-sur-Barangeon à l'âge de 71 ans.

Une course cycliste a lieu chaque année, depuis 2005, à Vignoux en hommage à ce grand champion (organisateur : UC Mehun). Clin d'oeil à l'histoire : La première édition a été remportée par son petit neveu Vincent Graczyk.

En hommage à ce grand champion, la route de Saint Laurent s'appelle depuis le 22 Mai 2005 rue Jean Graczyk, rue inauguré par Jean Claude Sandrier (Député), Alain Rafesthain (Président du Conseil Général du Cher), Mr Levesque (Sous-Préfet), Marc Delas (Maire), ainsi que Lucien Aimar ami de Poppoff et ancien vainqueur du Tour de France.

2005-05-22-inauguration-rue


Source : lexpress.fr / 15/05/2003

Au début des années 1960, le « doping » n'étant pas légalement répréhensible : chacun « salait la soupe » en fonction de ses goûts, de sa forme, sa classe, ses besoins, sa santé. Bref ! les amphétamines servaient à tous, sauf à quelques idéalistes. Jean Graczyc en faisait parti, ce qui ne l'a pas empêché de réussir un superbe parcours cycliste.

En 1960, Jean Graczyk avait réussi, depuis le début de la saison, le meilleur ensemble de résultats: gain d'une étape dans Paris-Nice, deuxième de Milan-San Remo, victoire dans le National et deuxième du Tour des Flandres. Mais, surtout, Jean Graczyk a lancé le défi le plus important qui soit aux moeurs du cyclisme contemporain.

Après sa victoire dans le National, à Oran, il a dit de sa voix douce: "Je puis révéler maintenant que, conformément à la promesse secrète que j'avais faite à un journaliste (Pierre Chany, de L'Equipe) et à mon directeur sportif, je n'ai pas utilisé, depuis le début de la saison, le moindre doping. Et je n'ai jamais mieux marché."

Suite à cette déclaration, personne n'a essayé de nier. Certains coureurs, comme Bobet, ont applaudi Graczyk pour son courage; d'autres, comme Rivière et Géminiani, ont avoué leur scepticisme. Comment pourrait-on se passer de doping?

Oui, le cyclisme en était là. Il ne cherche même plus à cacher sa tare. Il n'éprouve même plus de honte. C'est Graczyk plutôt qui serait honteux. "Je tenais mon expérience secrète, a-t-il dit, car, en cas d'échec, je n'aurais pas osé la révéler. Je m'étais donné jusqu'au Tour de France. Si je n'avais gagné aucune course, à ce moment, j'aurais recommencé à me "charger". Comme tout le monde."

Le défi de Graczyk signifie: "On peut être aussi fort, ou même plus fort, sans doping." 

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr

29 juin 1960 / arrivée victorieuse à Caen

29 juin 1960 / arrivée victorieuse à Caen

graczyclivre

A voir aussi : "Jean Graczyk, la vie en vert", d'Arsène Maulavé (Auteur) - Biographie (broché).
Date de parution 20/01/2009 - Editeur Alan Sutton Eds - Collection Memoire Du Cyclisme


1955 [FRA] La Perle - Hutchinson (France)
1956 Individuel (Inconnu)
1957 [FRA] Helyett - Potin (France) jusqu'au 26-06
1957 [FRA] Equipe Tour de France Nord-Est/Centre (France) du 27-06 jusqu'au 20-07
1957 [FRA] Helyett - Potin (France) du 21-07
1958 [FRA] Helyett - Potin - Hutchison (France) jusqu'au 25-06
1958 [FRA] Equipe Tour de France Centre/Midi (France) du 26-06 jusqu'au 19-07
1958 [FRA] Helyett - Potin - Hutchison (France) du 20-07
1959 [FRA] Helyett - Fynsec (France) jusqu'au 24-06
1959 [FRA] Equipe Tour de France France (France) du 25-06 jusqu'au 18-07
1959 [FRA] Helyett - Fynsec (France) du 19-07
1960 [FRA] Helyett - Leroux - Fynsec - Hutchinson - A.C.B.B. (France) jusqu'au 25-06
1960 [FRA] Equipe Tour de France France (France) du 26-06 jusqu'au 17-07
1960 [FRA] Helyett - Leroux - Fynsec - Hutchinson - A.C.B.B. (France) du 18-07
1961 [FRA] Helyett - Fynsec - Hutchinson (France)
1962 [FRA] Saint-Raphael - Helyett - Hutchinson (France)
1963 [FRA] Margnat - Paloma - Dunlop (France)
1964 [FRA] Margnat - Paloma - Dunlop (France)
1965 [FRA] Ford France - Gitane (France)
1966 [FRA] Ford France - Hutchinson (France)
1967 [FRA] Bic (France)
1968 [FRA] Bic (France)
1969 [FRA] Sonolor - Lejeune (France)
1970 [FRA] Sonolor - Lejeune (France)
1970 Individuel (Inconnu)
1971 Individuel (Inconnu)
1972 [FRG] Rokado (Allemagne Ouest) jusqu'au 15-05

07 juillet 1960 / Le bouquet du vainqueur à Toulouse


Pourquoi? Certes, parce que Graczyk a réussi, depuis le début de la saison, le meilleur ensemble de résultats: gain d'une étape dans Paris-Nice, deuxième de Milan-San Remo, victoire dans le National et deuxième du Tour des Flandres. Mais, surtout, parce que Graczyk a lancé le défi le plus important qui soit aux moeurs du cyclisme contemporain.
Après sa victoire dans le National, à Oran, il a dit de sa voix douce: "Je puis révéler maintenant que, conformément à la promesse secrète que j'avais faite à un journaliste (1) et à mon directeur sportif, je n'ai pas utilisé, depuis le début de la saison, le moindre doping. Et je n'ai jamais mieux marché." 

Il faut avoir lu les réactions que ces propos ont suscitées pour comprendre combien le mal était profond. On aurait pu s'attendre à de l'indignation plus ou moins feinte, comme celle qui accueillerait la profession de foi d'un comédien qui dirait: "J'étais morphinomane, et je ne le suis plus. Et ça ne m'empêche pas de jouer la comédie!" Rien de comparable après les déclarations de Graczyk. Personne n'a essayé de ruser, c'est-à-dire, en somme, de nier. Certains coureurs, comme Bobet, ont applaudi Graczyk pour son courage; d'autres, comme Rivière et Géminiani, ont avoué leur scepticisme. Comment pourrait-on se passer de doping? 

Oui, le cyclisme en est là. Il ne cherche même plus à cacher sa tare. Il n'éprouve même plus de honte. C'est Graczyk plutôt qui serait honteux. "Je tenais mon expérience secrète, a-t-il dit, car, en cas d'échec, je n'aurais pas osé la révéler. Je m'étais donné jusqu'au Tour de France. Si je n'avais gagné aucune course, à ce moment, j'aurais recommencé à me ?charger?. Comme tout le monde." 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/informations/le-defi-d-un-coureur_651571.html#6FEGRQywxtDvLkQ3.99

1954 - amateur

1955 - amateur

1956 - amateur

1957 - HELYETT-POTIN

1958 - HELYETT-POTIN

29 juin 1959 / victoire au sprint à Rennes, devant Darriguade

29 juin 1959 / victoire au sprint à Rennes, devant Darriguade

1959 - LEROUX-HELYETT

17 juillet 1960 / Victoire au Parc des Princes, à Paris

17 juillet 1960 / Victoire au Parc des Princes, à Paris

1960 - LEROUX-HELYETT

13 juillet 1960 / Victoire à Aix

13 juillet 1960 / Victoire à Aix

1961 - HELYETT-FYNSEC

1962 - HELYETT-SAINT RAPHAËL

1963 - MARGNAT-PALOMA

1964 - MARGNAT-PALOMA

1965 - FORD-FRANCE

1966 - FORD-FRANCE

1967 - BIC

1968 - BIC

1969 - SONOLOR

1970 - SONOLOR

1971 - individuel

1972 - ROKADO